Retour aux cours

Un fichier est un regroupement de données désigné par un nom suivit d'une extension. La taille du fichier est variable et ces données peuvent représenter du texte, des images, du code exécutable, un mélange des trois, voire tout autre chose qui appartient à un autre programme. Pour savoir de quel type est le fichier, son nom de huit lettres est suivit d'une extension de trois caractères. Voici quelques extensions bien connues, et réservées pour des fichiers définis :

ASM, BAS, C, COB, FOR, PAS Source d'un programme respectivement en Assembleur, Basic, C, Cobol, Fortran et Pascal.
BAK Sauvegarde d'un fichier source avant sa dernière édition.
TXT Texte ASCII DOS. Lisible avec la commande "type" du DOS.
DOC Document lisible par la plupart des traitements de texte récent.
DAT "DATA" ; regroupement de donnée relatif à un programme.
BAT "BATCH" ; liste de séquences exécutables par l'interpréteur DOS.
SYS, DVD Fichier de configuration des périphériques.
EXE et COM Programme exécutable par l'ordinateur utilisant le DOS par lui-même.

Le nom d'un fichier sous DOS est de onze caractères, car le nom et l'extension sont séparés par un point. Exemple : "IMAGE.BMP". On peut aussi trouver le terme "8+3" pour désigner ce format.

Définition - Les répertoires (ou dossiers)

Les répertoires sont des regroupements de fichiers et de sous-répertoires. Cela permet à l'utilisateur de classer ses fichiers comme il le ferait avec des feuilles dans un classeur. Ainsi, nous pouvons mettre tous les fichiers relatifs à un sujet dans un même dossier (répertoire). Comme pour les fichiers, vous avez huit caractères pour le nom et trois pour l'extension, bien que cette dernière ne soit pas utilisée dans la plupart des cas. Exemple : le répertoire "DOS" ne porte pas d'extension.

Définition - Les disques

Avant d'accéder à un fichier, vous devez choisir un disque : la disquette porte le nom "A:" ou "B:" et "C:" pour le disque dur. Il peut y avoir davantage de noms de disque sur votre ordinateur. Certains d'entre eux sont à lecture seule, comme le CD-ROM, ou une disquette protégée en écriture.

Définition - Arborescence

L'arborescence, c'est l'ensemble des répertoires d'un même disque. Nous appelons "racine", la base d'un disque (c'est-à-dire, un niveau où nous n'appartenons à aucun répertoire). Dans cette racine, nous pouvons trouver des fichiers et des répertoires. Ces répertoires peuvent eux aussi regrouper des fichiers et encore des répertoires, et ainsi de suite. L'arborescence est donc la schématisation (par niveau) des liens de ces répertoires entre eux. Exemple : si je crée dans la racine du "C:" des répertoires "1", "2", "3" et dans les deux premiers respectivement "11", "12", "13" et "21", "22" ; puis "111" et "112" dans le "11" du "1". J'obtiens l'arborescence suivante :

C:\---+-1---+-11-+-111 
! ! \-112
! +-12 
! \-13
!-2---+-21
! \-22 
\-3

Le "C:\" désignant la "racine" du disque "C:". Pour visualiser l'arborescence d'un disque ou d'un répertoire, le DOS propose la commande externe "TREE".

Définition - Chemin d'accès

Pour accéder à un fichier sur un disque, il ne suffit pas de connaître juste son nom, il faut aussi (dans la plupart des cas) connaître sa localisation dans l'arborescence. Ainsi, "C:\1\12\FICH.DAT" désigne le fichier "FICH.DAT" dans le répertoire "12" du répertoire "1" du disque "C:".
Maintenant que l'on connaît le format des noms de fichiers et de répertoires, nous allons pouvoir apprendre le langage international de l'interpréteur DOS.

Définition - Les commandes

Nous appellerons commande interne, l'ensemble des "mots" reconnus par l'interpréteur. Ils constituent le langage. Il est facile d'imaginer qu'un fichier ou qu'un répertoire puisse avoir le nom d'une commande interne. De ce fait, les commandes les plus indispensables pourront être écrites de deux façons différentes : en entier, ou en abrégé (ce dernier étant le plus courant, bien que le premier soit le plus portable dans l'ensemble des systèmes).
Une commande externe, est en réalité un programme fournit avec l'interpréteur. Il permet une évolution, voire une meilleure souplesse. Par exemple, la commande "subst" qui permet d'affecter un nom d'unité logique (lettre de lecteur) à un répertoire d'un disque, est en fait un programme exécutable.

Définition - L'invite

Une fois l'interpréteur exécuté, il vous affiche "un invite" (prompt) représentant (dans la plupart des cas) le lecteur et la position dans l'arborescence active (unité et répertoire actuelle). Exemple : "C:\>", signifie que vous êtes sur le disque dur "C:" dans le répertoire racine "\". Cet invite change lorsque vous entrez ou sortez d'un répertoire et aussi lorsque vous changez de disque. Vous pouvez modifier les caractéristiques de l'invite, en utilisant la commande interne "PROMPT".

Définition - Chemin actif

L'invite nous informe de l'unité et son répertoire dans laquelle nous allons travailler. C'est ce que nous appellerons l'unité active, avec son répertoire courant. Chaque unité, ou lecteur logique, a son répertoire courant. De ce fait, en désignant seulement une unité logique, nous accédons au répertoire courant de cette unité. Nous ne serons donc pas obligé de désigner le chemin d'accès si le répertoire courant de l'unité est déjà actif. Exemple : "DIR A:" liste le contenu du répertoire courant dans le lecteur "A". En résumé, chaque unité logique a un répertoire actif.

[Retour aux cours]
Valid XHTML 1.0! Valid CSS!
By JSAND [All right reserved] - Windows est une marque de Microsoft Corporation
Toute copie compléte comme partielle sans autorisation est passible d'amende - Avertissements